capucine trochet code 0 lorient

Rencontre dédicace – Capucine Trochet – Tara Tari

⛵️ Paru en janvier 2020, « Tara Tari, mes ailes ma liberté » de Capucine Trochet, est l’incroyable récit de mer et de résilience de cette navigatrice en quête de décroissance et de sens.

😱 Le 8 juillet prochain, elle nous fait l’honneur de venir chez Code Ø présenter son livre et proposer une séance de dédicace.

🌙 Une occasion rêvée pour venir rencontrer cette héroïne de détermination et de courage qui nous inspire énormément. Venez avec votre livre à dédicacer, ou possibilité d’en acheter sur place !

🌎 L’histoire de Capucine Trochet en quelques lignes :
Partie en 2011 pour préparer la mini-transat, Capucine doit renoncer à son projet sportif à cause d’une opération des deux jambes qui sera suivie d’une lente et douloureuse descente aux enfers en centre de rééducation et l’apprentissage d’une nouvelle vie avec sa maladie génétique orpheline, le syndrome d’Ehlers-Danlos.
Mais cette femme incroyable ne lâche pas son rêve, et reprend la barre de Tara Tari, un petit bateau en jute construit au Bangladesh, avec lequel elle projette de traverser l’Atlantique. Elle prépare son voilier, venant en béquilles au chantier, avançant par petites touches. Ses deux béquilles terminent dans les barres de flèche du bateau et Capucine prend la mer en 2011.

📚 Extrait :
« La traversée entre les Canaries et l’archipel du Cap Vert a été terrible. « Nous sommes partis le 22 décembre. Nous avons eu neuf jours de tempête, une mer en furie. C’était très dur, stressant. On ne tenait pas plus d’une heure à la barre. C’était un exercice cérébral et sportif ». Dans la houle, Tara Tari et son équipage ont été bien malmenés. « Le bateau roule énormément au portant, on a connu des « vracs » terribles. Tara Tari se couchait mais réagissait bien, je ne doutais pas de lui ». Mais sur ce bateau sans franc-bord, le duo était au ras de l’eau dans une humidité permanente. « Notre seul horizon, c’était la prochaine vague ». Dans un inconfort total, le corps plié des jours durant, il fallait résister. « Je dormais assise dans la descente. Avec Maxime, on se relayait à la barre. On se confiait Tara Tari et notre vie… ». »

Article précédent
🌎 REPENSONS NOS CONSOMMATIONS
Article suivant
VISITE de la Ferme des 3 bergers, le débrief ! 🐐
Menu